skip to Main Content

Risque de fermeture du Lycée du Paysage et de l’Environnement de Vaujours

Télécharger le document

Monsieur le député Stéphane Peu interroge Monsieur le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur le risque de fermeture qui pèse sur le lycée du Paysage et de l’Environnement implanté au sein de l’établissement – privé sous contrat avec l’Etat- Fénelon à Vaujours et de son internat également ouvert à toute l’école.

L’enseignement agricole dispensé dans ce lycée vise à proposer des formations ouvrant aux métiers de la nature et des territoires ruraux. Des formations quasiment inexistantes en Seine-Saint-Denis et plus généralement dans l’académie de Créteil. En effet, seuls deux lycées dispenseraient de tels enseignements, dont le lycée du Paysage et de l’Environnement de Vaujours. Cet établissement est, compte-tenu de la spécificité de ces enseignements, rattaché au ministère de l’Agriculture et ces enseignants sont des agents contractuels de droit public.

Sollicité par certains des enseignants inquiets, Monsieur le député a été informé de la menace de fermeture qui pèse sur ce lycée en raison de problèmes financiers importants. Cette fermeture si elle venait à se confirmer concernerait les 160 collégiens et lycéens qui fréquentent actuellement l’établissement et répartis sur des classes de 4ème et 3ème de l’enseignement agricole, d’une classe de seconde générale avec un option spécifique, de sections de bac professionnel Aménagement Paysager et d’une autre section Gestion des milieux naturels et de la faune, d’une filière de bac Technologique STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du Vivant), d’une section de BTS Aménagements paysagers, et 20 enseignants. Il est évident que cette fermeture impacterait davantage les étudiants de premières années qui seront contraints de trouver un autre établissement pouvant les accueillir voir même se réorienter au regard de la rareté de cet enseignement en région parisienne.

Le Service Régional de la Formation et du Développement, qui a en charge l’enseignement agricole, récemment alerté par le délégué syndical de l’établissement n’aurait, semble-t-il, pas encore connaissance de cette décision. Néanmoins, celle-ci serait bien prise et devrait être rendue publique prochainement. La fermeture de ce lycée n’est évidemment pas approuvée par les élèves, leurs parents ni même par les enseignants, dont les emplois sont menacés après près de vingt-cinq ans de bons et loyaux services pour leur grande majorité.

De manière générale maintenir un enseignement où les étudiants et les professionnels travaillent main dans la main est absolument nécessaire. S’agissant plus spécifiquement de l’enseignement agricole, il permet à des élèves dont l’affection pour le système scolaire classique peut souvent laisser à désirer de regagner en confiance et d’envisager aisément des filières d’excellence.
A l’heure où le développement de l’agriculture urbaine n’a jamais été aussi plébiscité par les concitoyennes et les concitoyens, il serait tout simplement incompréhensible qu’une telle filière disparaisse notamment en Seine-Saint-Denis. Un département qui compte aujourd’hui près de 300 lieux d’agriculture urbaine et qui a, pour la première fois de son histoire, tenu un stand au Salon de l’agriculture.

Monsieur le député souhaiterait donc connaître les intentions de Monsieur le ministre sur le sujet.

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Monsieur le député,
    En tant qu’enseignant au lycée du paysage et de l’environnement Fénelon et séquano dionysien depuis des décennies, je tenais à vous remercier de la lettre que vous avez adressée au ministre de l’agriculture.
    A ce jour, nous ne savons pas si notre établissement va fermer. Le syndicat majoritaire au CSE a saisi l’inspection du travail et le juge des référés pour non respect de la procédure de fermeture du notre école.
    Cordialement
    philippe jorgji

  2. Merci Monsieur le député pour votre intervention.
    Pour compléter je vous informe que je suis enseignant de cet établissement et que nous avons à votre disposition des documents permettant de confirmer que la fermeture du lycée agricole est motivée uniquement par le souhait de vendre les terrains d’application des élèves soit environ 5 hectares qui sont ne sont plus en zone naturelle dans le nouveau PLU de la ville mais constructible.
    De plus un expert comptable indépendant à conclu à la l’analyse des documents du dernier exercice comptable que l’école à une capacité d’autofinancement nette de 700 k€ contrairement à la situation financière déplorable que la direction n’arrête pas de diffuser pour justifier de la fermeture.
    Je me tiens à votre disposition si besoin
    philippe jorgji 06 12 04 76 59
    PS. Si vous avez eu une réponse suite à votre intervention je suis preneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top