skip to Main Content

S’attaquer aux chômeurs en pleine crise, c’est indigne

Lors des questions au gouvernement, j’ai interpellé Mme Borne, ministre du Travail et de l’Emploi sur son projet de réforme de l’assurance chômage qui va réduire drastiquement l’indemnisation de 850.000 chômeurs, notamment les plus précaires et les plus jeunes.Alors même que la France a pu compter sur ses services publics et son modèle social pour amortir la crise, il n’y a pas pire période pour cette réforme qui est un contresens historique.Personne n’est assez naïf pour croire cette Ministre lorsqu’elle s’affirme de gauche, mais du moins je lui ai demandé d’être assez lucide pour remiser son projet et cesser de mettre à mal notre République sociale.Retrouvez mon intervention dans l’hémicycle

Le texte de mon intervention

Madame la Ministre,

Ceux de nos compatriotes qui pensaient que la violence de la crise que nous traversons vous ferait renoncer à vos projets les plus rétrogrades, en sont pour leur frais.

Avec obstination, contre l’avis unanime des syndicats, contre celui du conseil d’État qui a retoqué votre premier décret au nom de l’égalité, contre le bon sens même et sans réelle étude d’impact, vous soumettez de force le pays à votre réforme de l’assurance chômage.

Une réforme qui va réduire drastiquement et immédiatement les ressources de 850.000 chômeurs, à commencer par les plus précaires et les plus jeunes.

Toujours prisonniers de vos croyances, vous faîtes comme si le chômage était un choix, comme s’il suffisait de traverser la rue pour trouver un travail.

Toujours prisonniers de votre philosophie politique, vous recherchez les économies sur le dos des plus fragiles, quand vous pourriez, comme nous vous l’avons proposé, comme le souhaite une majorité de français, et comme le suggère entre autre Louis Gallois, faire porter l’effort sur les plus riches par un impôt de solidarité spécialCovid.

Ne voyez-vous pas que si la France a pu compter sur ses services publics et son modèle social pour amortir la crise, il faut tout faire pour les préserver et pour les améliorer.

L’ombre de la crise qui a profondément creusé les inégalités ne s’est pas éloignée. L’avenir reste une source d’incertitudes et d’angoisse pour beaucoup.

Nous comptons déjà des centaines de milliers de chômeurs en plus, et vous le savez, ce mouvement s’amplifie. Ont-ils moins besoin d’attention, de solidarité et de perspectives ? Tout indique au contraire qu’il n’y a pas pire période pour cette réforme et que votre projet est un contresens historique ?

Madame la Ministre, nous ne sommes pas assez naïfs pour attendre de vous une réforme « de gauche ». Mais au moins remisez votre projet et cessez de mettre à mal notre République sociale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top