skip to Main Content

Fermeture des points d’accueil de la CPAM en Seine-Saint-Denis

Monsieur le député Stéphane PEU alerte Monsieur le ministre des
Solidarités et de la Santé sur les risques de fermeture qui pèsent sur plusieurs points d’accueil de la CPAM en Seine-Saint-Denis.

Alors que la Seine-Saint-Denis est le département de France hexagonale qui
décroche, selon l’aveu même du Premier ministre « de tristes records dans
le domaine de la santé, qu’il s’agisse des cas de saturnisme ou de mortalité
infantiles. Et on y compte pourtant un nombre de professionnels de santé
par habitants inférieur de 30% à la moyenne nationale. », la fermeture de
plusieurs points d’accueil de la CPAM est vécue par les habitants, les élus
et les professionnels comme une provocation et une énième rupture d’égalité républicaine.

En effet, après qu’un rapport parlementaire de mai 2018 eut reconnu la
Seine-Saint-Denis comme étant un département en rupture d’égalité
républicaine et bien que le gouvernement ait lancé en octobre 2019 un plan
« Pour un Etat plus fort en Seine-Saint-Denis » visant à répondre aux
difficultés persistantes et à transformer en profondeur la physionomie socio-économique du département par la mise en place d’actions et
d’investissements massifs pour les dix prochaines années, la décision visant
à procéder à la fermeture de ces points d’accueil de la CPAM sème
véritablement le trouble. Le gouvernement reviendrait-il sur ses
engagements ?

Ces points d’accueil de la CPAM dans ce département ont une réelle utilité.
Ils permettent de recevoir sans rendez-vous les assurés pour y effectuer des
démarches qui peuvent s’avérer complexes voire impossibles à réaliser sans l’aide de conseillers. Dans ce département où la fracture numérique est
criante, comme l’a encore montré les difficultés rencontrées lors de la mise
en œuvre de la stratégie vaccinale, ces points d’accueil sont indispensables.

Il y a 20 ans, il y avait 100 points d’accueil dans le département de Seine-
Saint-Denis. En 2015, il y en avait plus que 33 et aujourd’hui moins d’une
vingtaine.

Monsieur le député Stéphane PEU souhaite connaître l’avis de Monsieur le
ministre des Solidarités et de la Santé sur ce projet qui vient percuter les
engagements pris dans le cadre du plan « Un Etat plus fort en Seine-Saint-
Denis » et lui demande de prendre les mesures qui s’imposent pour éviter
ces préjudiciables fermetures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top