skip to Main Content

Soutien aux communautés éducatives de la Seine-Saint-Denis pour garantir la sécurité sanitaire des établissements scolaires

Cette rentrée des classes après les vacances de la Toussaint se déroule dans un contexte sanitaire préoccupant qui suscite, dans de nombreux établissements scolaires de ma circonscription comme dans le reste du pays, des interrogations bien légitimes de la part des communautés éducatives.

J’ai écrit hier au ministre de l’Éducation nationale pour l’alerter sur les difficultés rencontrées par celles-ci, et en particulier le caractère inapplicable du protocole sanitaire renforcé en cette rentrée, dans une majorité d’établissements, notamment les collèges et lycées.

Les raisons sont multiples : aération impossible du fait de l’architecture des bâtiments, nettoyage régulier impossible en raison du manque cruel de personnel, manque de masques, absence de gel hydroalcoolique et de lingettes désinfectantes…

Si nous ne pouvons qu’approuver le choix de maintenir les écoles, collèges et lycées ouverts, dans l’intérêt supérieur des élèves à l’occasion de ce reconfinement national, il n’en demeure pas moins que cela ne peut se faire sans garanties sanitaires strictes.

Les mouvements de grève d’enseignants et les blocages par les élèves depuis lundi dans de nombreux établissements témoignent d’une inquiétude justifiée pour la santé des personnels, des élèves et de leur famille. Elle doit être entendue, ainsi que les propositions souvent de bon sens qui émanent des communautés éducatives : dédoublement des classes, attribution de salles fixes (sauf pour les disciplines à besoin spécifiques), aménagements des emplois du temps pour éviter notamment les files d’attente à la cantine et dans les réfectoires.

C’est parce que ces propositions peinent à être entendues sinon mise en œuvre, quand elles ne sont pas écartées ipso facto dans certains établissements que j’ai décidé d’interpeller directement Jean-Michel Blanquer. Les communautés éducatives, déjà lourdement affectées par la crise sanitaire et la mort de Samuel Paty, doivent être écoutées et rassurées rapidement.

Garantir la sécurité sanitaire dans les établissements scolaires doit être une priorité absolue, car il n’y aurait pas pire échec pour le gouvernement que de devoir une nouvelle fois les fermer.

C’est pourquoi j’appuie la demande convergente de l’ensemble des organisations syndicales qui souhaitent qu’une délégation des personnels mobilisés soit reçue par le DASEN et appellent à un rassemblement devant la DSDEN de Seine-Saint-Denis le 5 novembre 2020 à 14h30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top