skip to Main Content

ADP : un référendum M. le Président !

Téléchargez le document

Ce jeudi 12 mars prend fin la campagne de recueil de signatures pour obtenir un référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’Aéroport de Paris. Malgré les nombreux obstacles techniques et les très faibles moyens mobilisés par le gouvernement pour informer nos concitoyennes et nos concitoyens de l’existence de cette consultation, plus d’un million d’entre elles et d’entre eux se sont mobilisés depuis 9 mois et ont porté cette exigence d’un référendum.

Outre le soutien de 248 de députés et sénateurs, soit plus d’un quart des parlementaires issus des bancs de la gauche et de la droite, ce million de signatures est un événement considérable dans l’histoire de notre Ve République. Le gouvernement et le Président de la République ne peuvent pas faire mine d’en ignorer la portée, qui rejoint le besoin de démocratie qui s’exprime profondément dans tout le pays depuis plus d’un an et demi.

Alors que pour l’instant, comme le débat parlementaire sur les retraites vient encore de le confirmer avec le recours au 49.3, les signes d’un acte II du quinquennat, moins autoritaire et plus à l’écoute du peuple de France, se font toujours attendre, le Président de la République devrait suivre l’avis qu’il exprimait lui-même l’an passé, à l’issue du Grand débat.

Emmanuel Macron avait en effet indiqué le 25 avril 2019 vouloir « aller plus loin sur le référendum d’initiative partagée qui a été créée il y a maintenant onze ans dans notre Constitution en en simplifiant les règles, en permettant que l’initiative puisse venir de citoyens, un million de citoyens ».

C’est pourquoi je l’invite à prendre lui-même et sans tarder, l’initiative d’organiser un tel référendum. C’est une prérogative présidentielle qui lui est reconnue par l’article 11 de la constitution.

Dans le contexte actuel, où la question de l’indépendance de la France et de la maîtrise publique de notre industrie comme de nos équipements stratégiques se repose d’une façon inédite, une telle consultation serait un geste d’une grande portée démocratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top