skip to Main Content

Pour une reconnaissance de l’endométriose

Monsieur Stéphane Peu alerte la Ministre des Solidarités de la Santé Agnès Buzyn sur l’importance de reconnaitre l’endométriose comme une maladie en facilitant son diagnostic.

Cette maladie trop peu connue du grand public, l’est tout autant des pouvoirs publics. Ce n’est qu’en 2003 que l’endométriose entre dans les 100 objectifs de santé publique.

Depuis maintenant 16 ans, les acteurs de la santé et les associations comme EndoFrance n’ont cessé d’alerter les différents ministres de la santé qui se sont succédés pour signaler l’importance de faire connaître l’endométriose aux jeunes femmes et au corps médical.

L’endométriose touche près de 20% des femmes qui souffrent de règles douloureuses, soit potentiellement 4.2 millions de femmes. Les douleurs, les insomnies, les malaises, entrainent une fatigue constante qui ne permet malheureusement pas de se déplacer pour travailler par exemple. Outre l’absentéisme au travail, 30 à 40 % des femmes atteintes d’endométriose ne peuvent pas avoir d’enfants.

Les règles sont un sujet tabou, empli de préjugé installé dans les mentalités de notre société qui déclarent que la douleur pendant les menstruations est normale. Cette douleur a été traité pendant des années comme toutes autres douleurs avec des antalgiques non adaptés à la maladie. Les formes d’endométrioses sont aussi diverses que complexes. Pourtant, la négligence des pouvoirs publics dans la prévention de cette maladie qui touche des millions de femmes est d’autant plus irresponsable sachant que les spécialistes ont précisé que le diagnostic précoce permettait de réduire les conséquences irréversibles de cette maladie.

Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé : Allez-vous enfin créer et labelliser des centres de référence dédiés à l’endométriose ? Allez-vous mettre en place les conditions nécessaire afin d’adapter la formation des médecins ? Allez-vous reconnaître l’endométriose comme une maladie afin d’en faciliter la prise en charge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top