skip to Main Content

Question écrite sur les quartiers non-desservis par Chronopost

M. Stéphane Peu attire l’attention de M. le ministre de la cohésion des territoires sur la liste de quartiers que la société de transport Chronopost a décidé arbitrairement de ne plus desservir.

L’entreprise Chronopost, filiale du groupe GeoPost, branche du groupe La Poste, a en effet annoncé la semaine dernière ne plus proposer de livraisons de colis dans certains quartiers de la ville de Saint-Denis, et notamment le quartier Delaunay-Belleville et la cité des Francs-Moisins. Cette décision s’est faite sans concertation avec les acteurs locaux – municipalité, commissariat et préfecture – mettant élus et habitants face au fait accompli. En conséquence, des utilisateurs du service de livraison ont payé des montants importants pour leurs livraisons et sont néanmoins contraints de récupérer leurs colis à plusieurs kilomètres de chez eux.

Si Chronopost est une entreprise privée, elle n’en demeure pas moins propriété de la Poste, entreprise publique financée par l’État et aux missions de service public. Les habitants ne comprennent pas que le service de livraison, qui a historiquement relevé du service public, ne soit plus assuré par cette entreprise. Une fois de plus, ce sont les territoires souffrant le plus d’un manque de service public qui sont la cible de discrimination.

Face à cette inégalité de traitement manifeste et à la demande d’habitants de la ville, le délégué du Défenseur des droits en Seine-Saint-Denis s’est saisi de ce dossier. Il souhaite connaître sa position et les mesures qu’il envisage de prendre pour assurer à tous les habitants un retour à une situation normale au plus vite.

Lire la réponse du gouvernement (8 janvier 2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top