skip to Main Content

Question écrite relative à l’annonce de la suppression des emplois aidés

En août dernier, j’ai interpellé la ministre du Travail sur la question des emplois aidés.

“M. Stéphane PEU interroge Mme la ministre du travail sur l’annonce de l’arrêt du financement d’une partie de contrats aidés en 2017.

Ces contrats favorisent la (ré)insertion dans la vie active des personnes les plus éloignées de l’emploi, à savoir les jeunes de moins de 26 ans, les personnes en situation de handicap et celles de plus de 50 ans. En Seine-Saint-Denis, 30 000 emplois reposent aujourd’hui sur ce dispositif d’insertion.

Pourtant, alors qu’on comptait 459 000 contrats aidés l’an dernier, le gouvernement a annoncé vouloir diminuer drastiquement ce nombre à 310 000 d’ici la fin de l’année.

Le manque d’information sur les modalités de cette suppression brutale suscite l’inquiétude. A Saint-Denis, où travaillent 2800 personnes en contrats aidés, six recrutements envisagés en accueil de loisir ont été suspendus par les services municipaux et de nombreuses associations de la circonscription, dont le modèle économique repose souvent sur le recrutement d’un ou deux emplois aidés, sont plongées dans le plus grand désarroi.

De très nombreuses associations, dont le modèle économique repose sur ces emplois aidés, ont fait part à M. Peu de la saignée dans leurs effectifs que risquerait d’occasionner cette suppression, alors qu’elles souffriront déjà de l’annulation des crédits de la politique de la ville décidée cet été. Très inquiètes pour leur survie, elles ne comprennent pas cette décision du gouvernement alors même que le tissu associatif créé du lien social essentiel dans les quartiers populaires et permet aux personnes les plus éloignées du marché du travail d’occuper un emploi.

M. Stéphane PEU souhaite donc connaître l’impact exact que cette suppression annoncée aura sur la situation de l’emploi dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Il souhaite également savoir les mesures que le gouvernement compte prendre en parallèle à la suppression de ce dispositif afin de garantir la qualité du service public et l’accès à l’emploi dans ce département très marqué par le chômage, notamment chez les plus jeunes.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top