skip to Main Content

Cash Investigation et LIDL – ma question écrite à la ministre du Travail

Suite aux révélations de France 2 et de son magasine Cash Investigation, j’ai interpellé la ministre du Travail au sujet des conditions de travail catastrophiques des employés de LIDL.

“Monsieur Stéphane PEU souhaite interpeller Mme la ministre du Travail au sujet de la situation des employés du groupe LIDL.

Les révélations du magazine Cash Investigation diffusé le 26 septembre dernier sont particulièrement inquiétantes. Le reportage dirigé par Mme Lucet montre de manière frappante de très nombreuses irrégularités au droit du travail et une gestion calamiteuse du personnel par le groupe LIDL.

La polyvalence imposée aux caissières, obligées de transporter plusieurs tonnes de marchandises par jours en plus de leur travail en caisse, l’interdiction d’aller aux toilettes, de s’asseoir, de prendre une pause pourtant réglementaire, le détournement de la procédure obligatoire de reclassement qui transforme les salariés en déchets humains, ainsi que l’obligation de cadences inouïes imposées à coups de menaces et de harcèlement, sont inacceptables et totalement illégales dans un pays où un code du travail solide permet encore l’équilibre des forces entre employeurs et employés.

Pourtant, depuis quelques jours, les langues se délient et il semblerait bien que ces pratiques soient répandues dans la plupart des magasins du groupe. En Seine-Saint-Denis, il en existe une vingtaine et plusieurs dizaines d’emplois sont potentiellement concernés par ces pratiques managériales.

Tous ces éléments manifestent en eux-mêmes l’importance d’un droit du travail fort. Alors que les ordonnances réformant le droit du travail ont été signées la semaine dernière, plusieurs dispositions du texte que Mme la ministre a porté, à l’instar du plafonnement des indemnités prud’homales et de la suppression des CHSCT, risquent de déséquilibrer dangereusement les rapports de force dans le cas des employés de LIDL et, plus largement, de tous les employés de notre pays.

Monsieur Stéphane Peu souhaite donc connaître les mesures que le ministère du Travail compte prendre, suite aux révélations de ce reportage et au caractère généralisé qu’elles revêtent, afin de garantir une protection effective des salariés au sein de l’entreprise et un rapport de force équilibré entre employés et employeurs.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top