skip to Main Content

Étendre la prime de fidélisation aux agents de la fonction publique hospitalière de la Seine-Saint-Denis

Le 11 janvier dernier, j’ai interrogé madame Brigitte Bourguignon, ministre déléguée en charge de l’Autonomie auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, sur ma proposition d’étendre aux agents de la fonction publique hospitalière, la prime de fidélisation prévue pour les fonctionnaires de l’Éducation nationale, de la Police et de la Justice de la Seine-Saint-Denis.

En effet, cette prime dont les premiers effets prometteurs se font déjà sentir, constituerait un levier important de fidélisation, dans un contexte où nombre de structures hospitalières du département font face à une importante pénurie de main-d’oeuvre qui conduit à la fermeture de services, à l’image des urgences pédiatriques de l’hôpital Delafontaine.

Après avoir saisi par courrier le Premier ministre sur le sujet, la ministre a pour l’instant écarté cette possibilité, renvoyant vers d’autres dispositifs (prime d’attractivité, prime d’engagement,…) qui ne concernent qu’une petite partie des agents, le soin de contribuer à « fixer » nos personnels de santé.

Le texte de ma question

Belle démonstration du rôle du Parlement, c’est sur la base d’un rapport parlementaire qui avait fait l’unanimité parmi nous qu’il y a deux ans le Premier ministre Édouard Philippe était venu en Seine-Saint-Denis annoncer le plan « Un État fort en Seine-Saint-Denis », construit sur ces trois piliers d’une politique régalienne que sont la police, la justice et l’éducation. Dans ces trois domaines en effet, ce rapport montre à quel point, en termes d’effectifs de fonction publique, la Seine-Saint-Denis est victime d’une injustice républicaine, du fait non seulement d’une répartition inéquitable mais aussi d’un turnover incessant.

Entre autres mesures prévues par ce plan, les personnels d’éducation, de police et de justice restant cinq ans en poste dans le département auront droit à une prime de fidélisation de10 000 euros.

Il est encore trop tôt pour évaluer précisément les conséquences de cette mesure mais, selon les directions administratives et les représentants du personnel, elle a d’ores et déjà produit des effets positifs : les demandes de mutation ont ainsi été réduites de 20 % dans l’éducation nationale, et les syndicats de policiers estiment qu’elle a amélioré l’attractivité et freiné, là aussi, les demandes de mutation. L’équilibre ainsi obtenu entre des fonctionnaires expérimentés et d’autres plus novices est le garant d’un meilleur service public.

Cependant, lors de l’élaboration du rapport publié en 2018, le choix avait été fait, en raison d’un volume de travail déjà considérable, de se concentrer sur les trois missions régaliennes que sont la police, la justice et l’éducation et de ne pas aborder le secteur de la santé – ce choix avait d’ailleurs fait l’objet d’un débat à l’époque.

Depuis, la crise sanitaire est intervenue, les problèmes ont été gigantesques partout en France et dans le département de la Seine-Saint-Denis en particulier, qui a connu le plus fort taux de mortalité lié au covid-19 et a pâti d’un nombre de lits de réanimation par habitant trois fois inférieur à celui des départements voisins des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne. La crise de l’hôpital public y est sans doute plus forte que partout ailleurs, même si elle est aiguë dans toute la France.

Les personnels hospitaliers vivent donc comme une injustice cette impasse qui fait que l’hôpital public n’a pas été pris en considération au même titre que les missions régaliennes précitées lors de l’élaboration du plan « L’État plus fort en Seine-Saint-Denis ».

Les représentants de salariés ou d’agents hospitaliers comme ceux des directions hospitalières s’accordent pour dire que cette mesure, sans être la clef de tous les problèmes, constituerait un élément positif de fidélisation.

J’ai interpellé à ce sujet le Premier ministre, qui a laissé entendre que la porte n’était pas fermée à une évolution du dispositif. La semaine prochaine, le préfet du département dressera un bilan du plan « L’État plus fort en Seine-Saint-Denis », et le groupe de la Gauche démocrate et républicaine inscrira ce thème à l’ordre du jour de la semaine de contrôle du Gouvernement, début février.

Nous souhaitons donc connaître votre avis et vous interroger sur la possibilité d’inclure dans le périmètre de ce plan, qui représente un engagement majeur du Gouvernement, le personnel de la fonction publique hospitalière, afin que celui-ci bénéficie également de la prime de fidélisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top