skip to Main Content

Le mépris du Ministre Jean-Michel Blanquer doit cesser

Télécharger le communiqué de presse

M. le Ministre de l’Éducation nationale, informé depuis trois semaines de la question que je devais lui poser aujourd’hui à l’Assemblée nationale, sur la situation des directrices et directeurs d’école, en particulier dans mon département de Seine-Saint-Denis, s’est une fois de plus dérobé. Plutôt qu’affronter le débat, il a envoyé à sa place le secrétaire d’État Gabriel Attal, dont les fonctions ne couvrent pas le champ de l’Éducation nationale, réciter les fiches préparées à son attention devant un hémicycle vide.

Cette nouvelle esquive du Ministre est la marque supplémentaire d’un mépris qui s’illustre en toutes occasions. Ainsi, 250 directrices et directeurs d’école de la Seine-Saint-Denis ont sollicité une audience ministérielle depuis début décembre pour demander des réponses concrète à la situation qui a conduit au suicide de Christine Renon en septembre dernier. Cette demande est toujours sans réponse.

L’invitation a pourtant été renouvelée «en main propre» au Ministre, le 9 janvier dernier sur un plateau de télévision, par Catherine Da Silva, directrice d’école à Saint-Denis. Sans succès.

Cette arrogance et cette indifférence ne sont pas supportables. Le Ministre de l’Éducation nationale ne pourra pas fuir indéfiniment la colère des directrices et directeurs d’école, des enseignants comme des parents d’élèves.

Il devra bien rendre des comptes, et s’il ne veut pas me répondre dans l’hémicycle, d’autres occasions seront trouvées, à commencer par la question écrite que j’ai déposée ce jour à son attention et que vous trouverez ci-joint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top