skip to Main Content

Pérenniser la mémoire des mouvements étudiants

Télécharger le document

M. Stéphane Peu attire l’attention de Mme la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation sur la pérennisation du travail de mémoire et d’archives de la vie des mouvements étudiants.

La disparition de personnalités telle que M. Paul Bouchet qui, avec d’autres, ont mené un travail de transmission de « mémoires étudiantes » de l’engagement politique, syndical et citoyen, notamment sur plusieurs périodes historiques intenses (résistance, décolonisation, ou encore « années 1968 »), est une interpellation pour notre Nation et les pouvoirs publics. En effet, s’agissant d’un travail d’intérêt général, qui contribue à nourrir un travail de construction vivante de la citoyenneté, il ne saurait reposer exclusivement sur la bonne volonté des seuls « militants » de ce travail de mémoire, notamment avec la disparition progressive des témoins et acteurs qui l’ont engagé.

Vous conviendrez avec moi, Madame la Ministre que tous les efforts pour la conservation, la valorisation et la transmission de ces mémoires collectives de mouvements étudiants doivent être accomplis.

L’association Cité des mémoires étudiantes créé en 2008 qui a vocation de collecter, inventorier et valoriser ces archives bénéficiait d’une convention de partenariat avec le ministère de l’enseignement supérieur qui a pris fin en 2018. C’est l’ensemble de son travail qui est menacé.

M. le député souhaite connaître, Madame la Ministre, les dispositions que vous entendez prendre pour prolonger ce soutien et plus largement pour contribuer à la pérennisation de ce travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top