skip to Main Content

Tarifs de l’électricité : quand la concurrence s’organise sur le dos des usagers

Télécharger le document

M. Stéphane Peu interroge M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire sur la très forte hausse (+5,9%) des tarifs de l’électricité, décidée le 7 février 2019 par la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Cette hausse brutale est tout d’abord une source de grande inquiétude pour la population et tout particulièrement pour les familles touchées par une précarité énergétique que dix années d’augmentations des tarifs (supérieures à l’inflation) ont déjà largement aiguisée.

M. le député s’interroge sur les causes de cette augmentation brutale puisqu’elle ne correspond pas à une hausse proportionnelle des coûts de la production électrique. Faut-il, pour en comprendre les motivations, suivre l’avis récemment exprimé par l’autorité de la concurrence, selon lequel « 40% de la hausse ne correspondent pas à une augmentation des coûts de fourniture d’EDF, mais permettent aux concurrents de proposer des prix égaux ou inférieurs aux tarifs réglementés » ? M. le Ministre, l’attractivité concurrentielle des opérateurs privés ne saurait se construire artificiellement, sur le dos des usagers et de l’opérateur historique. Cautionner une telle logique confirmerait que la dérégulation et la concurrence, loin de faire baisser les prix, conduisent à un renchérissement du service aux usagers.

M. le député souhaite obtenir des éclaircissements sur les raisons qui ont motivé la hausse de 5,9 % du tarif de l’électricité, et le cas échéant, que celle-ci soit révisée à partir de la stricte prise en compte de l’évolution réelle des coûts de production et d’exploitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top