skip to Main Content

Remercier les habitant·e·s de la Seine-Saint-Denis plutôt que de les pointer du doigt

Avec d’autres député·e·s communistes et insoumis·e·s, j’ai cosigné une tribune publié ce week-end dans Libération sur la situation sanitaire en Seine-Saint-Denis, département plus gravement touché par l’épidémie que le reste de l’Île-de-France, avec +63 % de décès entre les 21 et 27 mars. Une situation qui ne résulte nullement du comportement de la population, présentée parfois comme plus négligente par certains médias ou hommes politiques en veine de populisme.

Si on meurt plus en Seine-Saint-Denis du Covid-19, c’est d’abord parce que les services publics ont déserté ce territoire et que les hôpitaux y sont soumis à une intense tension.

Si on meurt plus en Seine-Saint-Denis du Covid-19, c’est que le refuge d’une résidence secondaire sur l’Île-de-Ré ou sur la côte y est moins fréquent qu’ailleurs.

Surtout, si on meurt plus en Seine-Saint-Denis du Covid-19, c’est qu’on y télétravaille moins et c’est parce que bon nombre de celles et ceux qui font tenir debout la première région de France, la « deuxième ligne » derrière les soignants, ce sont bien souvent des aides-soignantes, des caissières, des éboueurs, des livreurs, des femmes de ménage ou encore des ouvriers habitant·e·s notre département.

Qu’ils et elles en soient remercié·e·s et non pointé·e·s du doigt.

Retrouvez cette tribune : https://www.liberation.fr/debats/2020/04/05/covid-19-miroir-des-inegalites-territoriales-et-sociales-dans-le-93_1784253

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top