skip to Main Content

Inquiétudes sur l’avenir des jardins familiaux

Télécharger la question écrite

Monsieur Stéphane PEU alerte Madame la ministre de la Transition écologique et solidaire sur l’impérieuse nécessité à préserver les jardins familiaux, également appelés jardins ouvriers, face notamment à la pression immobilière.

Les jardins familiaux font partie intégrante de notre patrimoine. Constitués de parcelles destinées généralement à la culture potagère, les jardins familiaux garantissent du lien social et répondent à une préoccupation désormais majeure celle de pouvoir produire et consommer localement. Ils constituent également une réponse aux défis climatiques dans les zones urbaines.

Pourtant nous assistons année après année à un empiètement de ces parcelles par les opérations d’aménagements urbains. Aujourd’hui, aucun cadre juridique ne protège les jardins familiaux de l’appétit des promoteurs immobiliers et autres aménageurs. Ainsi, par exemple, les Jardins du Cornillon situés à l’intersection des avenues du Stade de France et Francis de Pressensé à La Plaine Saint-Denis, dont le terrain appartient à la Ville de Paris, sont menacés par les travaux du Grand Paris Express. Les usagers et les riverains de ces jardins se mobilisent depuis plusieurs mois pour protéger ces jardins et leurs 80 ans d’histoire.

Monsieur le député souhaite connaître l’avis et les actions que compte mettre en place madame la Ministre de la Transition écologique et solidaire afin de sanctuariser ces parcelles, et lui demande d’intervenir auprès de la Société du Grand Paris afin de renoncer au projet d’empiètement des Jardins du Cornillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top